Échographie de contrôle – Diamètre biparétal (BIP)

Comme je l’ai mentionné dans mon post concernant l’échographie du deuxième trimestre, nous avons dû faire une échographie de contrôle suite à l’échographie du deuxième trimestre, car le gynécologue qui assurait le suivi de ma grossesse trouvait que le diamètre biparétal (BIP), c’est-à-dire la largeur de la tête ou distance d’un os pariétal à l’autre (d’une oreille à l’autre), de notre fille était trop petit ! Pourtant, l’échographe qui avait réalisé l’échographie n’avait mentionné aucune anomalie.

Diamètre biparétal – échographie deuxième trimestre

Je reviens dans ce post plus en détails sur cette échographie de contrôle afin de partager mon expérience et rassurer éventuellement les parents qui se trouveraient dans un cas similaire.

30 septembre 2017 – Nous venons de faire l’échographie du deuxième trimestre et repartons heureux d’avoir pu voir à nouveau notre fille et rassurés car, selon l’échographe, tout va bien !

On est maintenant certains que c’est une fille, elle a une petite tête allongée comme sa maman, mais elle a le nez de son papa !

18 octobre 2017 – J’ai rendez-vous à la maternité pour le suivi mensuel de ma grossesse (rendez-vous du 6ème mois).

Je me dis que comme d’habitude, ça va être plié en 5 minutes (le suivi effectué par le gynécologue de la maternité était très minimaliste !) d’autant plus que l’échographie du deuxième trimestre, dont j’ai apporté les résultats pour les montrer au gynécologue, n’a révélé aucune anomalie particulière.

L’examen de suivi est effectivement plié en 5 minutes (mesure du ventre, écoute du cœur du bébé et vérification du col ; la mesure de la tension et le test d’urine ont été faits juste avant). Je montre alors les résultats de l’échographie du deuxième trimestre au gynécologue. Il jette un coup d’œil rapide aux valeurs mesurées lors de l’échographie. Je me dis qu’il n’y verra rien de particulier car l’échographe nous a dit que tout allait bien.

Pourtant, en voyant la valeur du diamètre biparétal, il me dit qu’elle est trop faible (il ne regarde même pas les clichés de l’échographie pour essayer de trouver une explication). Je lui réponds alors que c’est vrai, qu’elle est plutôt faible mais que l’échographe nous a dit que notre fille avait une petite tête, qui plus est, de forme allongée et que cela pourrait expliquer en partie la faible valeur du diamètre biparétal, et que par ailleurs, la circonférence de sa tête est normale.

Le gynécologue regarde alors le nom de l’échographe qui a réalisé l’échographie. Il dit qu’il ne le connaît pas (et du coup en gros , il n’a pas confiance !) et que comme la valeur du diamètre biparétal est inférieure au 5ème percentile, il vaut mieux faire une échographie de contrôle dans deux semaines pour vérifier qu’il n’y a effectivement pas de problème particulier.

Il me donne le nom d’un échographe qu’il connaît et en qui il a confiance. Puis, le rendez-vous se termine sans beaucoup plus d’explications et encore moins de paroles rassurantes.

Je ressors donc du rendez-vous plus inquiète et pleine de doutes qu’en y allant (et ce n’était malheureusement pas la première fois avec ce gynécologue !). A vrai dire, j’en ai même les larmes aux yeux de penser que la tête de ma fille pourrait avoir cessé de grandir, ou que ma fille pourrait avoir un quelconque problème cérébral.

Je rentre chez moi en panique et appelle mon mari. Il est aussi inquiet mais rassurant. Il me dit qu’il a plus confiance en l’échographe qu’au gynécologue de la maternité, et c’est vrai que moi aussi. D’autant plus que l’échographe qui a réalisé les trois échographies obligatoires pour notre fille est quelqu’un de très direct qui n’aurait pas cacher de problème s’il y en avait eu un.

Pour mon mari, l’échographe a plus d’expérience, et s’il n’a rien dit de particulier, c’est qu’il n’est pas inquiet. Je suis légèrement rassurée.

Mais pas complètement évidemment. Je m’en vais donc sur internet faire des recherches. Tout d’abord à propos de l’échographe recommandé par le gynécologue de la maternité. Nous ne lui faisons pas vraiment confiance donc nous préférons vérifier que la personne qu’il nous recommande est bien.

Bonne nouvelle, l’échographe est réputé. Il travaille dans un centre de diagnostic à Saint-Germain-en-Laye, qui s’occupe des grossesses à problème (super rassurant !). Par contre, il est vacances pendant 15 jours (vacances de la Toussaint !), il nous faudra donc attendre le 15 novembre pour faire l’échographie de contrôle !

Je m’en vais ensuite faire des recherches sur les forums (oui, je sais, mauvais réflexe !) pour voir si c’est déjà arrivé à d’autres de devoir faire une échographie de contrôle car leur bébé avait un diamètre biparétal jugé trop petit.

Et là, une fois n’est pas coutume, ce que je lis me rassure ! C’est effectivement arrivé à d’autres personnes et très souvent la valeur du diamètre biparétal était redevenue « normale » lors des échographies suivantes (échographie de contrôle ou échographie du troisième trimestre) et les bébés étaient nés avec une tête de taille tout à fait normale !

En fait, il semblerait que ce qu’il se passe, c’est que tant que le bébé n’a pas la tête vers le bas (n’est pas en position pour sortir en gros), sa tête peut être un peu « compressée » et peut donc avoir une forme un peu allongée qui fait le diamètre biparétal apparaît faible alors que le périmètre de la tête est tout à fait normal. Une fois, que le bébé se positionne la tête en bas, sa tête reprend une forme un peu plus « normale » et la valeur de son diamètre biparétal se normalise également au passage.

Je lis par ailleurs que la valeur du diamètre biparétal n’est pas une valeur significative (certainement pour les raisons invoquées ci-dessus).

Je suis donc toujours inquiète mais tout de même plus rassurée qu’en partant de la maternité.

15 novembre 2017 – 29 sa – Après presque un mois d’attente un peu dans l’angoisse, c’est le jour J ! Direction Saint-Germain-en-Laye pour l’échographie de contrôle.

La clinique est cachée au fond d’un petit passage et n’est pas très grande, mais à l’intérieur tout est neuf et moderne ! On me fait signer des papiers sur une tablette.

Puis, nous attendons dans la salle d’attente dans laquelle il y a des télés ! Puis, c’est l’heure du rendez-vous !

L’échographe nous demande pour quelle raison nous sommes là. On lui réponds que c’est parce que le gynécologue de la maternité estime que la valeur du diamètre biparétal est trop faible. Il regarde les résultats de l’échographie du deuxième trimestre et ne semble pas du tout inquiet. Il nous confirme que la valeur du diamètre biparétal n’est pas significative et qu’en gros en fait on s’en fout si c’est bas tant que le reste est normal.

On a même l’impression qu’il se demande ce qu’on fait dans sa clinique qui est spécialisée dans les graves malformations et autres maladies génétiques.

Mais j’ai une ordonnance et on est là, il fait donc l’échographie.

Il commence évidemment par vérifier la tête. Et là, bonne surprise, le diamètre biparétal est maintenant au-dessus de la moyenne (62ème percentile), tout comme la circonférence de la tête (64ème percentile) ! En fait, notre fille s’était retournée et s’était mise tête en bas, déjà prête à sortir ! Sa tête avait donc plus de place !

Diamètre biparétal – échographie de contrôle

Niveau matériel, c’est très moderne : très grande télé pour visualiser les images de l’échographie, et machine à ultrasons dernier cri (en même temps, il le faut étant donné que dans cette clinique, ils s’occupent généralement de cas plutôt complexes)!

Les images sont donc de très bonne qualité !

L’examen s’est poursuivi avec l’observation de l’abdomen, du fémur, du cœur, du nez, de la colonne vertébrale, des organes génitaux (c’est vraiment une fille !), du cordon ombilical, des orbites, des pieds et des oreilles !

Enfin, l’examen se termine avec une échographie 3D. Et là, le résultat est bluffant ! Le matériel est tellement moderne, que l’image ressemble plus à une photographie qu’à une échographie! On voit clairement que notre fille est chevelue, a des bonnes joues, le nez de son papa, la bouche de sa maman (en position « bisou » en plus!) et des bras tout potelés qu’elle croise sous son menton !

Bon, par contre, si vous aimez le suspens, c’est raté! Parce que là, nous avons vraiment vu à quoi ressemblait notre fille !

Nous demandons si on peut récupérer les images. On nous répond que les images sont disponible sur le cloud et en partant, on nous remet même un livret en papier glacé qui sort tout juste de l’impression, avec les images de l’échographie !

Conclusion

Au final, plus de peur que de mal ! Nous sommes repartis rassurés et très heureux d’avoir pu voir à nouveau notre fille et d’avoir de superbes images d’elle!

A la naissance, notre fille avait une tête tout à fait « normale » (34cm de périmètre crânien) et ressemblait vraiment à l’échographie 3D!

Je regrette simplement le stress inutile que cela nous a causé. On sait que le stress n’est pas bon pendant la grossesse.

Les grossesses sont souvent surmédicalisées, ce qui peut conduire à ce genre de stress inutile.

(Lorsque je suis retournée voir le gynécologue avec les résultats de l’échographie de contrôle, il m’a dit en gros « Vous voyez, cet échographe, il sait mesurer correctement » alors que ce n’était pas une histoire de compétence de l’échographe, la position de notre fille avait simplement changé.)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *